Votre enfant est-il impliqué dans l’intimidation? Voici ce que vous pouvez faire

Il n’est jamais facile d’entendre que votre enfant a été victime d’intimidation. Vous ne pouvez jamais imaginer que votre enfant essaierait intentionnellement de blesser et de dominer une autre personne, en particulier dans le contexte d’un déséquilibre des pouvoirs. Ce qui rend les choses encore plus complexes aujourd’hui, c’est que l’intimidation a dépassé le harcèlement physique et verbal pour devenir une technologie. Alors, que doit-on faire quand on est confronté au fait que leur enfant s’est livré à un comportement d’intimidation?

Voici un guide étape par étape sur la façon d’aller de l’avant.

Étape 1: Reconnaître 
Prenez une respiration et restez calme pour être réceptif à ce que vous avez entendu. Demandez plus de détails et essayez de traiter ce que vous entendez avec le plus de soin possible. N’essayez pas de rejeter la faute ou de justifier le comportement de votre enfant avant d’en savoir plus. Obtenez les coordonnées du parent ou de l’enseignant qui vous a informé de la situation afin de pouvoir le contacter plus tard, et remerciez-le d’avoir porté l’affaire à votre avis.

Étape 2: Essayez de comprendre 
Vous connaissez votre enfant mieux que quiconque. Essayez de comprendre pourquoi ils auraient recours à un tel comportement. Les recherches montrent que l’intimidation est souvent le signe d’une faible empathie ou d’une faible estime de soi, de l’expression de la colère ou du besoin de garder le contrôle de soi ou simplement un moyen d’impressionner ses pairs ou d’imiter les membres de sa famille. Cela pourrait également être causé par une attention ou une discipline parentale inadéquate. Demandez-vous honnêtement quelle pourrait être la source du comportement de votre enfant. N’oubliez pas qu’il est également possible que la situation ait été mal comprise ou si votre enfant essayait simplement de se défendre, mais ne l’utilisez pas comme une excuse.

Étape 3: Discutez 
avec votre enfant Assoyez-vous avec votre enfant et dites-lui ce que vous avez entendu. Dites-leur qu’il s’agit d’un problème grave et que vous souhaitez connaître leur version de l’histoire. S’il s’avère que la plainte n’était pas un malentendu, expliquez à votre enfant les conséquences de son comportement, en particulier sur la cible de son intimidation. Aidez-les à développer de meilleures stratégies pour faire face aux conflits. Enseignez-leur de meilleures compétences sociales et une prise de décision responsable.

Étape 4: Fixez de nouvelles limites 
Définissez très clairement vos attentes vis-à-vis de votre enfant. Créer des conséquences claires et cohérentes pour le comportement d’intimidation. Dites-leur que s’ils ont des problèmes, ils devraient s’adresser à un enseignant ou à vous plutôt que de prendre les choses en main. Informez les autres membres de la famille qu’ils doivent donner le meilleur exemple en évitant les commérages dans la maison et en présentant un comportement non violent.

Étape 5: Suivi 
Renseignez-vous auprès des enseignants si votre discours s’est traduit par un changement de comportement de votre enfant à l’école. Félicitez votre enfant quand il montre de la compassion pour les autres. Si le comportement ne cesse pas, demandez conseil à votre enfant dès que possible.

Comment pouvez-vous aider un enfant à faire face à la solitude?

Les enfants de parents divorcés ou emprisonnés vivent une misère incommensurable. Pour aggraver les choses, à la mort d’un des parents, les enfants sont généralement décontenancés et n’ont aucune idée de ce qu’il faut faire par la suite. Malheureusement, certains de ces enfants innocents finissent par se blâmer. Quelles sont certaines des raisons de la solitude d’un enfant? Si votre enfant est seul ou déprimé, que devez-vous faire pour l’aider à faire face à la situation?

 

Pourquoi se sentent-ils seuls ou déprimés?

Plusieurs raisons peuvent expliquer la solitude d’un enfant. Certaines des raisons découlent des facteurs les plus évidents dans la vie d’un enfant. Malheureusement, lorsqu’un enfant a l’air solitaire, il est fort probable qu’un tel enfant soit déjà déprimé. Parmi les raisons des sentiments de solitude et de dépression, on peut citer les suivantes:

  • Lorsqu’on empêche certaines activités de s’exercer: lorsqu’un enfant est empêché de participer à certaines activités en raison de son âge, il se sent facilement seul. Si elle n’est pas traitée correctement, cela peut facilement déprimer et frustrer l’enfant.
  • Être victime d’intimidation: l’enfant pourrait traverser une période difficile avec des intimidateurs soit à l’école, dans le quartier ou même à la maison.
  • Perdre quelque chose de précieux: cela peut être un ami, un parent, un animal de compagnie préféré ou un jouet auquel l’enfant est attaché.
  • Déménagement dans un nouvel endroit ou une nouvelle école: dans ce nouvel endroit, l’enfant doit s’adapter à de nouvelles personnes et à de nouveaux amis. Avant de pouvoir se faire de nouveaux amis, il sera seul.
  • Violence envers les enfants: Cela peut venir physiquement ou psychologiquement.
  • Violence domestique : Cela pourrait être dû à des conflits de parents. Dans certains cas, cela résulte d’actes de violence dirigés contre l’enfant.
  • Parents en instance de divorce: dans l’esprit d’un enfant, les deux parents doivent rester ensemble. Quand ils se séparent, cela devient une source de tristesse, de frustration et de dépression.

Que devriez-vous faire pour aider l’enfant?

Vous pouvez faire plusieurs choses pour aider l’enfant. Premièrement, vous pouvez aider votre enfant à trouver des amis. Même si l’enfant peut avoir de nombreux amis, vous êtes le plus proche de tous. Être utile. Lorsque l’enfant se fait de nouveaux amis, il lui est facile d’oublier certaines choses et de passer à autre chose.

Si vous avez affaire à un enfant empêché de faire certaines choses, vous devez prendre votre temps et faire attention. Expliquez affectueusement à l’enfant pourquoi il est important d’attendre qu’il soit en âge de faire ces choses. En outre, encouragez et aidez votre enfant à acquérir de nouvelles compétences. Cela aidera l’enfant à ne plus penser à ce qu’il est incapable de faire. Il développera la confiance en soi nécessaire lorsque la nouvelle compétence sera mise en place. Vous trouverez ci-dessous quelques étapes supplémentaires à suivre pour aider l’enfant;

  • Aidez-le à rejoindre un club: Cela peut être une équipe ou un groupe qui capture les intérêts de l’enfant.
  • Aidez-le à écrire des lettres: asseyez  vous avec lui et aidez-le à rédiger une lettre ou une série de lettres à ses amis, à sa famille ou à des membres de son équipe s’il appartient déjà à un club.
  • Encouragez-le à faire du bénévolat: Aidez-le à rejoindre un groupe de bénévoles pour une cause. Tant qu’il se qualifie, laissez-le prendre plaisir à faire quelque chose pour sa famille, sa communauté ou son école.
  • Aidez-le à améliorer ses faiblesses: chaque fois qu’il fait une légère amélioration, félicitez-le. Guidez-le dans le processus de surmonter ses faiblesses.
  • Aidez-le à appeler ou par l’intermédiaire d’un ami Skype: dans certains cas, vous devez commencer par obtenir le consentement du tuteur ou du parent si vous n’en êtes pas un. Laissez-le prendre plaisir à la conversation et sachez que cela ne devrait être fait qu’avec les conseils appropriés d’aînés de confiance.
  • Il n’est pas à blâmer: les enfants ont généralement l’habitude de se blâmer eux-mêmes lorsque quelque chose ne va pas. Aidez-le à comprendre que ce n’est pas sa faute et que certaines choses échappent à son contrôle.

Les enfants apprennent en observant les aînés. Mais ils écoutent également lorsque les cours sont dispensés dans un environnement moins formel. Soyez un ami en qui votre enfant peut avoir confiance. Si vous êtes son parent biologique, faites-lui savoir que vous l’avez toujours aimé bien avant sa naissance. Passez du temps avec lui et laissez-le sentir qu’il peut compter sur vous lorsqu’il se sent seul.

Comment aider les adolescents à surmonter leurs peurs

Dans un monde où l’anxiété est élevée pour diverses raisons, ce ne sont pas seulement les adultes qui en ressentent les effets. Les enfants, en particulier les adolescents, ont des peurs qui peuvent avoir un impact considérable sur de nombreux aspects de leur vie, des résultats scolaires aux relations en passant par la santé physique et mentale. Des études ont montré que les adolescents éprouvent de la peur même après que la menace a été retirée de leur environnement. Il est donc important de les aider à gérer leurs peurs de manière saine et à les surmonter.

Voici par où commencer:

1. Montrer la compréhension

La meilleure façon de commencer à aider votre adolescent à faire face à ses peurs est de comprendre ce qu’il ressent. Donnez-leur un exemple qu’ils peuvent identifier, qui montre comment vous devez faire face à la peur pour la perdre. Par exemple, si un adolescent a peur de l’eau et veut passer du temps avec ses amis à la piscine, il doit faire face à la peur et entrer dans l’eau. Cela l’aidera à se rendre compte qu’il est sans danger d’entrer dans l’eau. Il aura besoin de pratiquer la natation pour se sentir moins anxieux face à l’eau.

Afin de montrer que vous comprenez vraiment leurs craintes, parlez-leur de l’une de vos propres peurs que vous avez surmontées. Expliquez que cela prend du temps et commencez par de petites étapes pour réduire lentement leur anxiété.

2. Listez leurs peurs

Parfois, les adolescents ont un certain nombre de craintes qui peuvent être liées. Travaillez avec eux ou s’ils préfèrent travailler seuls, laissez-leur la liste de tout ce qu’ils craignent. Une fois que vous avez une liste complète, regroupez les peurs en catégories. Ils peuvent craindre un certain nombre de situations sociales, par exemple dire «bonjour» à un camarade de classe ou à un enseignant, lever la main en classe pour poser une question ou même se faire de nouveaux amis.

3. exposition

Une fois que vous avez une liste complète et des catégories, commencez à les parcourir une par une, en commençant lentement. Avec les exemples ci-dessus, commencez par les encourager à simplement dire «bonjour». Une fois que vous vous sentez moins inquiet à propos de cette peur, passez à la suivante. Il est important de rester patient avec eux et de les encourager avec douceur. Si votre adolescent a peur d’apprendre à conduire, commencez par le laisser simplement s’asseoir dans le siège du conducteur, le moteur en marche. Progrès pour les laisser avancer sur une route déserte ou un parking. Une fois qu’ils sont capables de monter et de descendre la route confortablement, laissez-les conduire sur des routes plus calmes et avancez lentement vers une circulation plus fréquentée.

4. Établissement d’objectifs

Pour réaliser des progrès dans n’importe quoi, fixer des objectifs est toujours important Laissez votre ado penser à quelque chose qu’il aimerait vraiment, qu’il s’agisse d’une nouvelle tenue, d’un nouveau jeu télévisé, d’un voyage dans son restaurant préféré. Aidez-les à définir des objectifs mineurs et majeurs. Pour chaque petit pas en vue de surmonter leur peur, ils reçoivent une récompense mineure et, lorsqu’ils ont complètement surmonté leur peur , ils reçoivent la récompense majeure. Cela les aidera à rester motivés pour continuer à essayer.

Technologie, médias sociaux et votre adolescent

Mes enfants sont dans une école extrêmement low-tech. Il n’y a pas de télévision, d’ordinateurs ou de tablettes dans la salle de classe et les téléphones portables sont interdits pendant les jours d’école. Les familles sont encouragées à laisser leurs enfants sans écran les premières années (jusqu’à l’âge de six ans) et, de la première à la septième année, une durée de dépistage limitée est recommandée uniquement les fins de semaine. Notre famille a suivi ces directives depuis que nos enfants ont commencé à l’école et nous nous en sommes rarement écartés.

Maintenant que ma fille a 13 ans et est au lycée, la lutte pour limiter le temps d’écran et l’exposition aux médias sociaux est réelle. La plupart des camarades de classe de ma fille ont un compte Instagram et beaucoup d’entre eux font passer des téléphones en contrebande dans la salle de classe, malgré la règle du «non-technicien». Elle dit que sans son propre compte, elle se sent souvent déconnectée de ses camarades de classe parce qu’elle n’a pas vu le dernier message Instagram dont tout le monde parle. Empêchons-nous sa capacité à socialiser et à communiquer avec ses amis? C’est peut-être simplement la façon dont la Génération Z (après le millénaire) s’étendrait, comme nous l’avions fait lorsque nous étions adolescents, lorsque nous avons tiré nos longs câbles téléphoniques dans le couloir jusqu’à notre chambre pour bavarder avec des amis toute la nuit. Cela me laisse remettre en question mes décisions et espère que mon mari et moi faisons les bons choix pour notre fille lorsqu’il s’agit de limiter l’exposition aux médias sociaux et aux écrans. Et je me demande aussi pourquoi je me sens comme l’un des seuls parents qui résiste encore.

Cependant, après avoir récemment visionné le documentaire Screenagers: Grandir à l’ère numérique , je me suis senti mieux dans nos décisions lorsque j’ai vu des études sur les effets de la durée excessive de l’écran et sur les effets néfastes de celle-ci sur le développement physique du cerveau des jeunes. Des études montrent un lien entre un temps d’écran trop long et des capacités d’attention plus faibles, ainsi qu’un impact négatif sur l’apprentissage. ScreenagersLa réalisatrice et mère, la Dre Delaney Ruston, documente la douleur réelle que sa fille ressent lorsque son téléphone portable est enlevé et rappelle aux parents que les adolescents ne sont pas capables de s’autoréguler en matière de temps passé devant les médias sociaux. Ce sont les parents et les gardiens qui fixent les limites et envisagent de rédiger un contrat réglementant l’utilisation de l’écran s’ils décident de l’autoriser. Ils doivent également donner l’exemple aux enfants en étant eux-mêmes de bons modèles. Et cela signifie avoir leurs propres directives pour le temps passé sur les appareils.

Un autre moment encourageant pour moi est venu à la fin du film, quand un groupe d’adolescents a dit à quel point ils étaient heureux que leurs parents imposent des limites et des règles autour de leur temps à l’écran, affirmant qu’ils échoueraient probablement à l’école s’ils ne le faisaient pas. avoir des limites claires. C’est rafraîchissant. Je pense que ce qui est le plus important à retenir en tant que parent naviguant dans les frontières toujours changeantes de la technologie et des médias sociaux, est que vous êtes toujours le maître de l’avenir de vos enfants. Si vous vous attendez à ce qu’ils mangent, aux notes qu’ils reçoivent et à la quantité de sommeil dont ils ont besoin, pourquoi ne feriez-vous pas la même chose pour les médias et la technologie? Nourriture pour la pensée. Qui a mon dos?

 

Enseignez à vos adolescents ces attitudes cool pour qu’ils ne soient pas intimidés

Vous venez d’arriver à la maison après le travail et votre adolescente est venue vous voir en sanglotant, vous demandant si elle ressemblait vraiment à un animal. Craignant qu’elle ne soit victime d’intimidation, vous songez à vous rendre au bureau du directeur principal dans l’espoir qu’il punisse les intimidateurs et les empêche de se moquer d’elle.

Avant de penser à cela, détendez-vous. L’intimidation peut être traitée de votre côté. Comment? Renforcez la confiance en vous de vos adolescents! Le genre de confiance ne découle pas de tous leurs caprices pour pouvoir être “in”, mais de la nécessité d’avoir suffisamment de bonnes valeurs pour qu’ils puissent être fiers, même s’ils manquent de biens matériels.

Pour les millénaires, quoi de mieux que de se montrer confiant en étant cool. Essayez donc d’enseigner à vos adolescents certaines de ces attitudes cool qu’ils peuvent utiliser pour faire face aux intimidateurs.

Est-ce que tu parles de moi? 
Dites à vos enfants que si quelqu’un les appelle par leurs noms (comme “Hey you horsie!”), Ils devraient feindre l’ignorance et s’abstenir de se mettre en colère. Au lieu de cela, ils devraient demander à l’ami: “Parles-tu de moi? Je pensais que tu parlais de quelqu’un d’autre. Y a-t-il un cheval ici? Où?” D’une manière ou d’une autre, cela envoie le message qu’ils ne sont pas du genre à être facilement énervés ou agacés.

Et alors? 
Pour des raisons pratiques, vous n’avez pas l’intention de faire payer à vos enfants des objets coûteux, mais leurs amis continuent de les rendre envieux d’en avoir acheté quelques-uns. Au lieu de se sentir déprimé, dites-leur de dire (à eux-mêmes ou à leurs amis) le mantra secret – “Et alors?” Et si je n’ai pas ceci et cela? Cela inculquera à vos enfants qu’ils iront bien même s’ils n’ont pas tout, et que les choses matérielles ne les définiront pas.

Je m’en fiche. 
Si vos enfants ne sont pas gênants mais que les gens continuent à leur dire de mauvaises choses, au lieu d’être bouleversés et de leur crier en retour, proposez-leur de dire: «Je m’en fiche». Rappelez-leur de dire plus loin: “S’il vous plaît, occupez-vous de votre vie. Je suis occupé et heureux avec le mien.”

Je ne le prends pas personnellement. 
Une leçon précieuse que vous pourriez transmettre à vos adolescents est de leur faire apprendre à gérer les critiques. Rappelez-leur de demander aux gens d’abord si les commentaires qu’ils ont reçus (à propos d’une performance, par exemple) sont valables. Les critiques constructives peuvent être un moyen d’améliorer. Mais les commentaires sans fondement faits uniquement pour les dégrader ne doivent pas être pris personnellement. Ils pourraient dire à leurs méchants amis: “Vous pouvez dire ce que vous voulez dire mais je ne suis pas la personne que vous croyez. Je me connais plus que vous.”

Je peux être si important. 
La psychologie inverse est toujours une bonne option. Si les mauvais enfants continuent d’intimider vos enfants, demandez-leur de les reconnaître en leur disant: “Waouh, je peux être aussi important que ça, tu as même pensé à me donner un nom. Je n’aime pas ça, mais au moins tu penses de moi. Merci pour cela, je me sens important. “

Je ne me bats pas contre toi. 
Parfois, il faut apprendre aux adolescents comment contrôler leurs émotions. Sinon, les choses peuvent devenir incontrôlables. Lorsqu’ils étaient provoqués, ils pourraient répondre: “Les gars, peu importe comment vous essayez, je ne vais pas me battre avec vous. Je ne veux pas que nous ayons des ennuis.”

Prends-moi ou laisse-moi. 
Apprenez à vos adolescents que ce cliché est toujours une affirmation puissante: «C’est ce que je suis. Je ne changerai pas uniquement pour vous faire plaisir. Vous pouvez donc me prendre ou me laisser seul. Je pense que ce serait bien si vous pouviez apprends juste à m’aimer, tout comme je t’aime pour qui tu es. “

Je vous préviens. 
S’il existe une menace de violence, il est préférable d’éduquer vos enfants pour qu’ils puissent dire: “Je vous préviens, si vous n’arrêtez pas, je le dirai au principal (ou à toute autorité).”

Soyons seulement des amis. 
Encouragez vos adolescents à dire que la gentillesse est toujours le meilleur antidote contre la haine. Les méchants amis fondaient quand ils criaient: “Vous ne pouvez pas m’aimer, mais je veux être ami avec vous. Voulez-vous déjeuner avec moi? Aww!

Les suggestions ci-dessus peuvent sembler non conventionnelles. Vos adolescents peuvent avoir du mal à le faire. Mais, avec des conseils et des encouragements appropriés, vos adolescents seraient en mesure de rassembler le courage de les accomplir. Ensuite, ils sont sur le point de devenir les enfants les plus cools qui pourraient adoucir les cœurs et devenir amis avec le plus méchant despote de la ville.

 

Comment tenir les enfants au courant des affaires courantes

Les enfants de nos jours sont moins intéressés par la lecture et regarder les nouvelles. Tout ce qui les intéresse, ce sont leurs jeux vidéo et leurs téléphones mobiles grâce auxquels ils peuvent discuter et jouer à des jeux sans rien faire de plus. Cela ne leur nuit pas, mais ce n’est pas bon pour leur avenir. À l’âge adulte, ils n’ont pas la capacité de lire les actualités qui ont pour résultat de générer une nation endormie.

Cela crée une pression sur vous en tant que parent, car il vous incombe de développer leur intérêt pour regarder et lire les nouvelles. Pour vous aider dans cette tâche, j’ai développé quelques idées uniques discutées ci-dessous.

Avant d’aller de l’avant, laissez-moi vous dire que les activités de plein air ne sont pas impliquées et que seules les activités à l’intérieur peuvent vous aider dans cette tâche. Cependant, vous pouvez faire les activités ci-dessous à ciel ouvert telles que sous une structure d’ombrage si vous le souhaitez.

1. Jouer à des jeux géographiques et politiques Les jeux
sont une façon amusante d’apprendre. Les jeux efficaces tels que le jeu mondial de la paix consistent à atteindre des objectifs politiques afin de maintenir la paix dans le monde. Ce jeu leur fait prendre conscience de ce qui se passe dans quel pays et de la manière dont les problèmes seront résolus.

2. Utiliser la carte du
monde La carte du monde accrochée à votre salon ou votre pièce peut faire plus que simplement décorer. Il peut servir d’outil pour mieux comprendre les événements mondiaux. Lorsque vous entendez des nouvelles, demandez à vos enfants de mettre en évidence les régions mentionnées dans le clip. Cela les aidera à analyser à quelle distance du pays se trouve un problème et à le visualiser géographiquement.

3. Créez votre propre podcast
Écoutez les nouvelles amusantes tout en effectuant des tâches ménagères à la maison avec vos enfants. Créez ensuite un podcast sur l’événement que vous avez entendu avec vos enfants. Ce faisant, les enfants font davantage de recherches sur l’événement qu’ils couvrent et utilisent leur compréhension. Cela les aide à développer leurs compétences en journalisme et à les sensibiliser au monde.

4. Discutez de l’actualité
Faites des débats passionnés sur l’actualité et impliquez-y toute votre famille. Par exemple, vous pouvez mettre en évidence le sujet “Irma” qui a récemment frappé la Floride. Prenez l’avis de vos enfants à ce sujet et demandez-leur ce qui peut être fait pour améliorer la situation.

S’ils ne sont pas déjà au courant de l’événement, ils vont certainement le rechercher sur leur téléphone portable pour se préserver de l’embarras. En conséquence, d’autres nouvelles importantes vont également attirer leurs yeux. Cela les rend actifs pour apprendre ce qui se passe dans le monde.

5. Racontez des histoires
Tout en parlant à la maison, il est parfois utile de raconter des histoires historiques. Par exemple, j’ai raconté l’histoire de la princesse Diana à mes enfants il ya quelques jours et ils ont posé beaucoup de questions connexes. Ce faisant, j’ai réalisé qu’ils avaient appris à connaître la monarchie britannique, ce qui les a ensuite aidés à en apprendre davantage sur l’histoire, la culture, l’art et les différents aspects de la vie britannique à l’époque.

Comment protéger les enfants de l’intimidation lorsqu’ils jouent sur un terrain de jeu

Votre enfant s’est-il plaint d’être victime d’intimidation dans la cour d’école? Cela ne vous a-t-il pas laissé dans une position difficile, car vous ne pouviez pas voir ce qui s’était réellement passé? L’intimidation à l’école est une pratique courante et met les parents dans une situation difficile.

Étant donné que vous ne pouvez pas être là pour votre enfant lorsque de mauvaises choses lui arrivent, vous devez lui apprendre à se protéger. Le but de cet article est de vous apprendre à enseigner à votre enfant différentes manières de faire face à l’intimidation. Faites défiler pour savoir!

Analyser la situation réelle

Avant d’agir ou de lui apprendre quoi que ce soit, vous devez d’abord consulter ce qui s’est réellement passé, que vous soyez ou non présent physiquement. Lorsque vous êtes présent, observez-le attentivement et intervenez lorsque vous voyez le comportement pervers d’un enfant envers votre enfant. Cependant, ne le faites que lorsque vous avez suffisamment observé la situation.

Cependant, si vous n’êtes pas présent, demandez-lui des détails mineurs. Il pourrait être réticent à vous dire ce qui s’est réellement passé, alors soyez aussi amical que possible avec lui et laissez-lui assez de place pour s’ouvrir à vous. Accéder correctement à la situation vous aidera à donner les bons conseils à votre enfant.

Impliquez-vous

Si vous voyez un autre enfant blesser physiquement votre enfant, il est grand temps d’intervenir et de l’avertir avec des mots stricts. Sortez-le immédiatement de la situation et donnez-lui le temps de se détendre, car son esprit doit être en pleine course. Demandez-lui de s’allonger quelques minutes sur un rembourrage en mousse pour les aires de jeux, puis apprenez-lui quelques astuces physiques pour se protéger.

Si vous voyez que votre enfant est victime de violence psychologique, appelez-le immédiatement car cela peut constituer une menace pour sa santé mentale. Demandez-lui de jouer dans un autre domaine.

Parler aux parents ou aux enseignants

L’intimidation a lieu lorsque des enfants jouent ensemble dans une aire de jeux avec un équipement de jeu ou un équipement de jeu d’église. Recherchez les parents de l’enfant qui a intimidé votre enfant et dites-lui comment il s’est comporté. Personne n’aime écouter que son enfant soit un tyran, alors je suis sûr que cela vous aidera. Si cela se produit à l’école, contactez les enseignants et demandez-leur de garder un œil sur de telles situations. Si l’enseignant ne peut pas vous aider, demandez à l’administrateur de l’école de vous aider. Cependant, expliquez-leur calmement votre situation et ne vous inquiétez pas.

Instruisez votre enfant

Les incidents d’intimidation se produisent en raison du manque de supervision sur les terrains de jeux. Le jeu de rôle est un moyen d’enseigner aux enfants les compétences nécessaires pour se protéger lorsque d’autres enfants le brutalisent. Si votre enfant n’a pas l’audace de se défendre, apprenez-lui à ignorer les autres enfants et à adopter un autre comportement. Cependant, lui apprendre à arrêter fermement un autre enfant est essentiel pour sa protection. Apprenez-lui des phrases et demandez-lui de la pratiquer avec un adulte autre que vous. Faites de l’adulte un intimidateur et de votre enfant une victime et demandez-leur d’échanger des dialogues.

Quel est le bon âge pour que les enfants possèdent un téléphone portable?

Les décisions difficiles vont de pair avec le rôle parental, et l’un des plus importants est de savoir quand faut-il donner à son enfant un téléphone portable? Peu importe combien vous voulez sauver votre enfant des impacts négatifs du monde numérique, vous devez les affronter d’une manière ou d’une autre. Ma fille a maintenant dix ans et je ne sais toujours pas si je devrais lui procurer un téléphone.

Pour être honnête, je préfère l’engager dans des équipements de cours d’école ou dans des équipements de jeux commerciaux plutôt que de l’occuper avec un téléphone portable. D’autre part, je m’inquiète de ce qu’elle pourrait faire à la maison ou est-elle allée en toute sécurité à l’école? J’ai été incapable de résoudre ce mystère à double sens jusqu’à ce que je réfléchisse à quelques questions. Les questions qui m’ont aidé à décider si je devrais ou non téléphoner à ma fille de dix ans sont ou non

• Est-elle suffisamment mature et responsable pour comprendre les aspects négatifs d’Internet?

• Dans quelle mesure est-elle indépendante?

• Va-t-elle à l’école à pied, en camionnette ou avec un adulte?

• Combien de temps a-t-elle passé sans supervision parentale ni supervision d’un adulte?

• Suis-je assez franc pour lui parler de cyber-crimes et de la sécurité sur Internet?

• Cela correspond-il à mon budget?

Quand j’ai réfléchi aux réponses à ces questions, j’ai décidé de ne pas lui acheter un téléphone portable. D’abord, parce qu’elle n’est pas assez mature pour comprendre à quel point une personne peut en abuser via son téléphone. Elle est à l’âge où elle devrait jouer et apprendre plutôt que de céder à un petit ami et de ruiner ses universitaires. Deuxièmement, elle dépend totalement de moi ou de mon mari pour tout, alors pourquoi a-t-elle besoin d’un téléphone portable?

Maintenant, les deux questions suivantes ont pris beaucoup de temps et ont quelque peu altéré la décision que j’ai prise en répondant aux deux premières. Ma fille va à l’école à pied et ça me préoccupe jusqu’au retour à la maison. Et si une voiture s’arrête à côté d’elle et la tire à l’intérieur et que je ne sais pas où elle se trouve? Et si elle ne s’occupait pas des feux de circulation en traversant une route? Au moins avec un téléphone portable, elle peut m’envoyer un texto quand elle arrive à l’école et ensuite je peux passer mes heures en paix. Cependant, les inquiétudes liées au numérique dépassaient cette inquiétude et j’ai quand même décidé de ne pas lui procurer un téléphone et de l’envoyer à l’école par une camionnette. Je peux rester en contact avec le conducteur de la camionnette et mon problème est résolu. De plus, elle passe à peine du temps sans la surveillance d’un adulte, à part quand elle dort ou va aux toilettes.

Même si je suis assez amical avec ma fille pour parler de la sécurité sur Internet et que je suis au courant de ses cyber-crimes, je pense toujours que la relation parent-enfant empêche les enfants de partager leurs problèmes avec leurs parents. Même si je lui dis comment elle devrait utiliser son téléphone, elle en abusera peut-être à certains moments parce qu’elle est trop jeune et elle pourrait penser qu’il est acceptable de faire quelque chose de contraire à l’éthique ou illégal, parfois, quand ce n’est PAS.

Il faut de la discipline pour aller mieux

Ne diriez-vous pas qu’il est difficile de se lever tôt chaque matin, de bien se préparer, de bien manger et de bien prendre soin de soi tous les jours? Eh bien, je suis d’accord avec toi. Il est difficile de faire tout ce que nous sommes censés faire. Mais vous voulez savoir ce qui est vraiment difficile? Il est vraiment difficile de savoir que d’autres personnes se lèvent tôt et s’acquittent de leurs tâches alors que nous ne le sommes pas. Et il est également très difficile de sentir notre santé, notre vitalité et notre passion nous échapper lentement alors que nous emballons livre après livre. Il devient de plus en plus difficile de bouger notre corps avec la vigueur de la vie qu’il était censé bouger.

Pour vous dire la vérité, la discipline est la plus difficile au début. Une fois que nous avons surmonté la lutte initiale consistant à ne pas avoir l’impression de vouloir nous autodiscipliner, il se produit quelque chose de magique. Nous commençons réellement à aimer la discipline personnelle et les routines qui vont avec. Hé, que puis-je dire? Nous, êtres humains, aimons la structure et un semblant d’organisation et de contrôle dans nos vies; et c’est ce que la discipline apporte de positif.

Ne vous méprenez pas. Je ne dis pas que l’autodiscipline sera toujours facile une fois que nous aurons passé le cap initial de la résistance auto-imposée. Il y aura des moments dans le futur où nous n’aurons plus envie de faire certaines choses que nous sommes supposés faire. Lorsque cela se produira, ce qui sera le cas, il est vraiment utile de penser à certains de vos succès passés et à des solutions de rechange moins agréables à la discipline.

Maintenant, ados, allez apprendre, dirigez et tracez la voie vers un monde meilleur pour nous tous. Rappelez-vous qu’il faut de la discipline pour aller mieux. Très probablement, si vous êtes honnête avec vous-même, vous constaterez que la plupart de vos réussites passées proviennent d’une période de votre vie où vous étiez discipliné et d’échecs lorsque vous ne l’étiez pas. Et encore une fois, merci d’avance pour tout ce que vous faites et pour tout ce que vous allez faire …

Le besoin de faire semblant de jouer dans le développement de l’enfant

Je me souviens encore du temps de mon enfance où certains jours, je prétendais être écrivain et il y avait aussi des jours où je prétendais être acteur ou présentateur. Je suis sûr que vous serez tous d’accord avec moi pour dire que l’enfance est le meilleur moment car nous pourrions être tout ce que nous souhaitions. C’était l’époque où nous étions tous si naïfs et n’avions aucun souci du monde.

L’enfance m’a emporté dans la mémoire, où je me souviens encore des moments où, chaque fois que je sortais faire les magasins avec ma mère, je l’insistais toujours pour qu’elle m’achète des ustensiles de cuisine afin que, le soir, je puisse organiser mes propres copains. Tandis que si je parle des garçons autour de moi (généralement mes cousins ​​ou mes amis), ils ont toujours aimé représenter leur super-héros préféré simplement en récupérant leur serviette, en la nouant comme une cape et en prétendant sauver le monde.

Je ne savais pas que le rôle joué à cette époque jouerait un rôle aussi important pour m’aider à choisir mon avenir (rédacteur de contenu). Tous ces jeux imaginaires m’ont vraiment aidé à connaître mon intérêt, je peux le dire aussi bien que depuis l’enfance, j’ai été enclin à l’écriture, qu’il s’agisse de poésie ou d’essais.

Ainsi, faire semblant de jouer aide non seulement à façonner la personnalité d’un individu, mais également à développer d’autres compétences que je traiterai plus loin dans cet article.

Sans plus tarder, discutons-en un par un.

Compétences socio-émotionnelles

Alors que vous pensez que votre enfant est en train de batifoler et de prétendre être quelqu’un d’autre, c’est le moment où votre tout-petit expérimente réellement divers rôles socio-émotionnels de la vie. Lorsque des enfants jouent dans un groupe, par exemple, alors qu’une personne joue le rôle de médecin du groupe, les autres amis optent pour différents rôles de patient, d’infirmière et d’autres. C’est grâce à cette simulation de jeu coopératif que les enfants vont non seulement mûrir, mais aussi améliorer leur confiance en eux-mêmes, leur conscience de soi et leur maîtrise de soi. Il existe d’autres jeux comme le cricket, le basket-ball, etc., où les enfants apprennent qu’il est acceptable de perdre et d’être heureux si l’autre équipe gagne et qu’il est parfois acceptable de donner votre tour à quelqu’un. C’est en jouant à de tels jeux que les tout-petits apprennent à faire des compromis tout en interagissant socialement. En outre, à travers ces jeux,

Compétences en communication

Avez-vous déjà surpris votre petite fille en train de converser avec sa peluche ou de faire semblant de passer un coup de fil avec son amie? Si oui, alors vous les auriez probablement entendus vous imiter ou utiliser les phrases que vous devez entendre pour la première fois ou vous pensiez qu’ils ne savaient jamais. Parler au téléphone ou avec des amis nécessite tous des compétences pour créer des scénarios, mais aussi pour les raconter de la même manière que vous les avez entendues. Ce faisant, ils ont tendance à répéter la même chose encore et encore au cours de la narration, et chaque fois qu’ils se retrouvent à parler mal, ils se corrigent, ce qui les aide à renforcer leur grammaire et leur expression orale.

Le jeu imaginaire est celui qui permet à votre enfant de comprendre le langage en reproduisant une histoire. C’est ainsi qu’il apprend les mots, sa prononciation et comprend son sens.

Compétences cognitives

Le jeu imaginaire est le seul jeu dans lequel les enfants ont beaucoup d’occasions de sortir des sentiers battus et de développer leurs compétences cognitives. Chaque fois qu’ils planifient un jeu de rôle, cela demande beaucoup de sourire pour choisir et finaliser le rôle qu’ils prétendent jouer ce jour-là. Le jeu de rôle est le moment où les enfants recréent des scènes du passé qu’ils ont vues à la télévision ou qu’ils ont vécues dans le passé.

Permettez-moi de citer un exemple ici. Quand j’étais enfant, lorsque je me préparais pour le prétendu goûter chez moi, je décorais la table avec le set de cuisine en plastique avec tout mon enthousiasme. Puis, après cela, je prenais un beau duppatta dans la garde-robe de ma mère et me drapais comme un Saree. Sans le lui faire savoir, j’utiliserais son rouge à lèvres et imiterais ses actions, ses mots, son rire avec ses amis lors d’une partie de thé imaginaire. .

Développement général

En plus des avantages psychologiques, linguistiques et socio-émotionnels, le jeu simulé contribue également au développement physique des enfants. Lorsque des enfants jouent le rôle de médecin, d’ingénieur, de gymnaste, d’athlète, de danseur, d’officier poursuivant les voleurs ou imitant s’asseoir à cheval et galoper à travers les champs, toutes ces activités impliquent une activité physique, coordination des yeux et autres compétences. Tout en faisant tout cela, les enfants peuvent tomber, se gratter un peu, mais ne vous inquiétez pas, cela les rendra plus forts et leur donner une idée de ce qu’il faut faire et à ne pas faire. En outre, tous ces sports ne seront pas seulement appréciés par les enfants, mais ils contribueront également au développement général sans même s’en rendre compte.

Dernier mot

Faire semblant est le seul jeu qui garde le petit curieux et lui donne le courage de devenir quelqu’un qu’il a jamais vu ou prétendu être. Le jeu imaginaire contribue à stimuler l’imagination des plus petits et leur permet de faire ressortir leurs désirs et leurs fantasmes les plus profonds. Par conséquent, aider dans le développement des enfants à différents niveaux, qu’il soit imaginatif, social-émotionnel, cognitif ou nous pouvons dire dans le développement global des plus petits.

Comment sauver les enfants du côté dangereux de l’Internet

Internet a révolutionné notre façon de penser et de nous comporter aujourd’hui. En plus de nous garder en contact avec des personnes qui sont aux antipodes, cela nous fournit une grande source d’informations. Pour être honnête, ni moi ni mes enfants ne pouvons imaginer notre vie sans Internet, mais j’étais inquiet de ne pas savoir comment les sauver du côté obscur qu’il contient. Les vols, la pornographie et les fausses nouvelles qui prévalent sur Internet peuvent s’avérer beaucoup plus dangereux pour vos enfants que vous ne le pensez.

Certains parents pensent que faire participer les enfants à des jeux en plein air et leur interdire l’utilisation d’Internet est une solution. Mais ce n’est pas! Vous ne pouvez pas sauver vos enfants d’utiliser Internet, car il est partout. S’ils ne l’utilisent pas à la maison, ils l’utiliseront à l’école ou chez un ami. La seule chose que vous puissiez faire est de les sensibiliser aux aspects négatifs et d’accroître leur maturité de la manière suivante.

1. Placez votre ordinateur dans le salon

Lorsque vos enfants ont moins de 15 ans, évitez de placer l’ordinateur dans leur chambre ou dans un endroit privé. Ne leur permettez pas d’ordinateurs portables et installez un ordinateur commun pour eux dans le salon ou n’importe quelle structure d’ombrage dans votre maison. Vous devrez peut-être aussi sacrifier un peu pour eux car ils sont attirés par les appareils lorsqu’ils voient des adultes les utiliser. En leur présence, essayez de garder vos ordinateurs portables et vos tablettes à l’intérieur et utilisez uniquement l’ordinateur commun.

2. Regardez ce qu’ils regardent

Vous n’avez pas besoin de le faire une fois qu’ils ont grandi, mais vous devez mener une petite enquête dès l’âge de 18 ans. J’essaie de parcourir l’historique et les comptes de médias sociaux de mes enfants pour savoir dans quoi ils se penchent. Une fois que je les ai trouvés en train de naviguer sur un site Web inapproprié, je les ai donc informés de la manière dont cela pouvait leur nuire.

3. Apprenez-leur à ne pas publier leurs informations personnelles

Les informations personnelles sont l’outil le plus puissant dont disposent les voleurs et les prédateurs sexuels pour le chantage et l’utilisation négative. J’ai toujours appris à mes enfants à ne pas utiliser leurs informations personnelles, notamment leur numéro de téléphone, leur adresse électronique, leurs photos, leurs mots de passe et même de vrais noms sur les sites Web de médias sociaux. En outre, sachez qu’ils ne doivent parler qu’à des personnes qu’ils connaissent.

4. Bloquer le matériel inutile

Vos enfants peuvent avoir accès à certains sites Web par inadvertance. Par exemple, ils peuvent accéder à certains sites Web pornographiques nuisibles tout en cherchant leurs questions de biologie. Vous devez surveiller et bloquer ces sites Web pour les protéger. Ils ne savent pas ce qu’ils regardent et il vaut mieux qu’ils ne grandissent pas jusqu’à ce qu’ils grandissent.

5. Soyez amical et empathique

La seule façon de protéger vos enfants des aspects négatifs d’Internet est d’être amical avec eux. Ne soyez pas trop strict ou autoritaire, ils craignent de vous raconter des choses qu’ils vivent. Par exemple, soyez assez franc avec eux pour qu’ils puissent s’ouvrir à vous au cas où ils subiraient la cyberintimidation. C’est la seule façon de protéger vos enfants!

Comment les terrains de jeu naturels contribuent à la croissance des enfants

Dans un monde plein d’avancées numériques, c’est un privilège d’accéder à la beauté naturelle et d’en tirer le meilleur parti. Les structures de terrains de jeux à l’époque moderne sont plus enclines à installer différents types d’équipements de jeux extérieurs. Ils sont bénéfiques pour les enfants en termes de maintien de la santé physique, mais ils ne sont pas aussi bénéfiques que les terrains de jeux naturels.

Le terme terrain de jeu naturel implique des structures qui utilisent des matériaux naturels et la topologie existante pour concevoir une aire de jeu favorisant les jeux ouverts. La topologie existante comprend des arbres, des roches, des bûches, de l’eau et d’autres éléments naturels pouvant être utilisés pour le jeu des enfants. La raison pour laquelle je mets l’accent sur les terrains de jeux naturels est qu’ils stimulent la créativité des enfants. Vous trouverez ci-dessous certaines des raisons les plus efficaces à prendre en compte.

1. Ils aident à augmenter la croissance
L’air frais qui pénètre dans les poumons crée un impact psychologique sur l’esprit des enfants. En conséquence, ils veulent passer plus de temps que dans les terrains de jeux commerciaux. Selon une étude, la durée de jeu des enfants peut doubler dans les terrains de jeux naturels, ce qui augmente jusqu’à deux fois leur niveau de condition physique.

2. Favorise le jeu imaginatif
Les terrains de jeux naturels sont plus charmants, accueillants, accessibles et rejettent l’idée de discrimination. Les enfants sont tenus de jouer à certains jeux sur les terrains de jeux commerciaux, une pratique qui limite leurs capacités mentales et limite leur créativité. Au contraire, un terrain de jeu naturel favorise le jeu gratuit, ce qui motive les enfants à utiliser leur imagination et à jouer gratuitement. Les enfants n’aiment pas être dictés; c’est un phénomène naturel qui existe en eux.

3. Facilement accessible
La beauté naturelle est partout; c’est nous qui sommes malheureux de ne pas les utiliser pour de bon. Même si un terrain de jeu naturel ne se trouve pas près de chez vous, vous pouvez en créer un dans votre jardin. Vous pouvez installer une balançoire sur un arbre ou demander aux enfants de les utiliser pour l’escalade. Il y a beaucoup de façons d’utiliser la beauté naturelle pour le jeu des enfants et ils aimeraient beaucoup.

4. Améliorer les compétences sociales
Puisque les enfants ne sont pas tenus de jouer à un certain jeu, ils interagissent avec leurs pairs pour partager et rassembler différentes idées. Parfois, ils ont également besoin de renforcer leur esprit d’équipe, ce qui renforce également leurs compétences sociales. En dehors de cela, jouer en groupe implique toujours la négociation et la résolution de problèmes qui les aident à développer leurs compétences en leadership.

5. Développer les habiletés motrices
L’un des plus grands avantages pour les enfants des terrains de jeux naturels est le développement de leurs habiletés motrices. Ils obtiennent les mêmes avantages que les terrains de jeux commerciaux, mais pas autant qu’ils jouaient dans des terrains de jeux naturels. Les réglages naturels renforcent leurs sensations de toucher et de toucher à travers les textures et les sons naturels.

Un terrain de jeu naturel est celui qui favorise la lecture dans des environnements naturels. Les avantages disponibles dans un cadre naturel ne peuvent pas être trouvés dans une configuration conventionnelle. Permettez à vos enfants d’être plus créatifs en les exposant à des configurations naturelles. Ne leur dictez pas quoi et quoi ne pas jouer, mais prenez des mesures de sécurité pour eux.

Comprendre l’adolescence sans repos

Éduquer les adolescents a été le plus difficile dans notre système éducatif. C’est le moment où l’enfant est aux prises avec un conflit interne en ce qui concerne l’identité personnelle, un moment où il existe un tel besoin de se rebeller contre l’ordre adulte existant; une période qui, si les éducateurs ne font pas attention, peut donner lieu à une situation difficile. C’est le temps que les enfants sont plus susceptibles d’adopter des drogues en raison de groupes de pairs et d’autres facteurs qui vont au-delà de la portée de cet article. Mais une mauvaise compréhension de ce qui arrive à l’adolescent ne peut que hâter son aliénation de son environnement et en faire une proie d’influences inhabituelles. Par conséquent, cet article tente de regarder l’adolescent et son cheminement spirituel dans ce monde matériel.

J’ai dit dans d’autres articles que l’âme, le futur propriétaire du corps, s’incarne généralement dans le fœtus en pleine grossesse. C’est le moment du premier coup de pied du bébé dans l’utérus et, avec l’entrée de l’âme, le sang se forme automatiquement. Par conséquent, il est prudent de dire que l’âme forme le sang qu’elle utilisera dans le corps. C’est parce que l’âme se lie au corps en utilisant le sang comme pont. En réalité, c’est le rayonnement de l’âme qui se connecte au rayonnement du sang pour le maintenir lié. Par conséquent, chaque fois que l’âme quitte le corps dans la mort, le corps se dissout immédiatement. Mais ce n’est pas le sujet pour aujourd’hui.

Bien que l’âme se soit incarnée dans le corps, il n’y a toujours pas de lien direct avec le monde physique. C’est comme si elle était censée être connectée au monde mais n’était pas encore autorisée à l’être avant le bon moment. C’est pourquoi les enfants n’apprennent que par imitation, parce que la responsabilité n’est pas encore établie. Ils ressemblent davantage à des animaux, évoquant ainsi l’origine de leur corps dont j’ai parlé dans l’article Evolution vs Création. C’est pourquoi ils sont plus proches des animaux et que l’éducation des enfants peut inclure l’utilisation d’animaux de compagnie. C’est aussi à cet âge que la plupart des gens sont capables de voir les formes des forces des éléments tels que les gnomes, les elfes et les sprites aquatiques. c’est aussi la période où la connexion de l’âme avec leurs vies passées est la plus forte. Cette capacité diminue au fur et à mesure que l’enfant grandit et mûrit jusqu’à l’adolescence. Les enseignants devraient tenir compte de ce fait afin de ne pas entraver le développement naturel de l’enfant. Pour un enfant qui peut voir un être élémentaire et un enseignant lui dit que de tels êtres n’existent pas mais sont le produit de son imagination fait beaucoup de mal à la psyché de l’enfant.

À l’adolescence, le pont est maintenant abaissé pour que l’âme puisse entrer en contact direct avec l’environnement. C’est ici que le temps de la responsabilité personnelle s’installe et il y a ce désir ardent de tout idéal de la part de la personne impliquée. Mais l’idéal qu’ils envisagent est radicalement opposé à la réalité qu’ils voient sur la Terre. C’est la cause de la nature rebelle de la jeunesse. Et cette rébellion peut être poussée à l’extrême, en particulier lorsque, dans le cas des femmes, des livres de romance décrivent des images artificielles de la vie. La confusion entre les demi-castes, qui sont en réalité des inadaptés raciaux, est compliquée par leur double ascendance raciale.

On en trouvera davantage dans l’œuvre à la lumière de la vérité Le message du Graal de Abd-ru-shin, en trois volumes.

 

Pourquoi certains adolescents sont victimes d’intimidation (et comment s’y prendre)

Il y aura également un certain degré de “lutte contre la chaîne alimentaire” dans n’importe quel groupe de jeunes (ou de personnes âgées). Les problèmes se posent lorsqu’il y a une cruauté mesquine, vindicative, mentale, émotionnelle et physique.

Qui est le plus victime d’intimidation? Ces adolescents de différentes origines ethniques, d’un seul parent et qui ont changé de lieu fréquemment. Ajoutez à cela une gêne sociale, un poids insuffisant, un excès de poids et toute autre caractéristique d’exclusion.

L’intimidateur lui-même est généralement un lâche qui, comme un épéiste japonais l’a dit un jour: “Les lâches sont des intimidateurs qui se rassemblent pour une démonstration de force.”

L’astuce consiste à casser la stratégie de l’intimidateur, aussi primitive soit-elle. C’est semblable aux cinq étapes d’une attaque de Marc MacYoung.

Premièrement, le fluage a de mauvaises intentions. Qu’ils soient gars ou fille, riches ou nés du mauvais côté de la piste, ils veulent délibérément blesser ou minimiser quelqu’un.

Deuxièmement, ils veulent vous “interviewer”. Comme un chien étrange reniflant quelqu’un. Ils vont d’abord appâter, insulter ou tester leur cible. Les intimidateurs veulent se sentir en sécurité avant de lancer une attaque.

Troisièmement, ils se positionnent et représentent la victime visée. Ils ont besoin d’un espace privé ou public ou ont un plus grand nombre d’amis. Ils ont besoin d’une position avantageuse.

Quatrièmement, ils lancent leur attaque. Le public, les insultes dégradantes ou les abus physiques.

C’est généralement trop tard car la victime est en position défensive.

La cinquième est la réaction. Les intimidateurs aiment voir leurs victimes souffrir.

Alors, perturbons la séquence.

Voir le problème à venir. Surveillez les petites cliques ou les sourires idiots sur le visage de certaines personnes. Ils vont murmurer à voix basse à leurs amis avant d’approcher leur victime.

Deuxièmement, gagner l’interview. Ne réagissez pas aux insultes ou aux appâts. Faites une blague de commentaires impolis ou agissez confus à propos de ce qui se dit. Cela frustre le diable des tyrans. Ils pourraient essayer de se rapprocher avec des questions ou des demandes de temps, de lumière ou d’argent. Il suffit de les contourner. Acte occupé. Les intimidateurs détestent être ignorés.

Troisièmement, évitez d’être surpeuplé ou dans une position vulnérable. Ce mec se moquait souvent de moi en classe. Constamment, alors une fois, il a commencé à dire quelque chose dans le couloir, alors j’ai collé le dos de mon poing contre sa tempe. Pas trop difficile. Mais, a son attention. Plus tard, alors qu’il rentrait chez lui (sans ses amis), je l’ai appelé pour ses insultes. Ça l’a fait taire et il a cessé de me déranger.

Quatrième: prenez l’initiative. Une autre fois, un joueur de hockey de l’école se moquait de moi dans le vestiaire du gymnase. Il était un con et n’avait pas de vrais amis là-bas et je savais que personne n’allait l’aider. Alors, je me suis approché de lui et lui ai donné un coup de pied rond dans la hanche. C’est arrivé si vite qu’il a eu peur et s’est tue. Si j’avais commencé à me disputer avec lui, il aurait accumulé son courage et probablement passé à tabac. Mais, mon action soudaine a eu raison de la lutte. Par conséquent, il ne m’a plus jamais dérangé. Même envahir soudainement leur espace fera revenir l’intimidateur.

Ne soyez pas prévisible.

Cinquième. Si tu te fais mal. Ne les laisse pas le voir. Les intimidateurs s’épanouissent en voyant des personnes souffrantes ou dégradées. C’est malade. Mais cela soulève leur ego fragile.

Vous ne pouvez pas gagner toutes les altercations. Mais vous pouvez rendre la tâche plus difficile aux intimidateurs et leur faire rechercher des cibles plus faciles. Vous ne pouvez pas compter sur l’école ou le lieu de travail pour vous protéger. Vous devez prendre vos propres mesures. Ou même changer d’école. Vous devez vous concentrer sur vos études et ne pas être distrait par un groupe d’ignorants.

Comment s’habiller pour un stage jeunesse – 7 conseils

Cet article offre des conseils sur la façon de s’habiller pour un stage de jeunesse. En plus d’acquérir de l’expérience et de la visibilité, un stage vous positionne comme un bénéficiaire d’opportunités pour des emplois, des contacts, des bourses, des bourses, etc. Par conséquent, il est impératif que vous vous habilliez pour réussir.

7 conseils

· Ne portez jamais de chaussures de tennis.

À moins que vous ne soyez en stage dans un gymnase ou dans un centre de remise en forme, les chaussures de tennis ne doivent jamais être portées, même les jours où la tenue est décontractée. Optez plutôt pour une paire de chaussures de ville décontractées. Cette règle générale s’applique aux jeunes femmes et aux jeunes hommes. Puisque nous parlons de chaussures, ne portez jamais de sandales qui ressemblent à des chaussures de maison.

· Gardez les tatouages ​​couverts.

Si vos bras sont couverts de tatouages, portez un chemisier et une chemise à manches longues. Malheureusement, les tatouages ​​envoient le mauvais message et vous essayez d’envoyer le bon message. Ou, investissez dans un manteau sport décontracté ou une veste en jean sur mesure.

· Investissez dans un costume.

Un costume indique que vous êtes sérieux. Tout aussi important, vous voulez vous intégrer à des événements spéciaux. Les jeunes hommes et les jeunes femmes doivent investir dans un bon costume. Vous pourriez envisager de le porter la première fois que vous rencontrerez la personne qui vous supervisera ou vous guidera.

Sois créatif. Les hommes peuvent associer une veste avec des kakis, une belle chemise et une cravate. Les femmes peuvent associer une veste à une jupe, un kaki ou une robe.

· Portez une jupe ou une robe.

Les jeunes filles se démarquent toujours lorsqu’elles portent une robe ou une jupe. Mais surveillez les ourlets et les coupes basses. Vous n’êtes pas là pour prendre rendez-vous. Voici un bon moyen de déterminer si la robe ou la jupe n’est pas appropriée. Si vous ne le portez pas à l’église, vous ne devriez pas le porter pour votre stage. Enfin, achetez des jupes et des robes doublées. S’ils n’ont pas de doublure, achetez un bordereau.

· Évitez les jeans.

Porter un jean est un non-non. Comme les chaussures de tennis, les jeans sont pour les loisirs, et vous n’allez pas faire un stage pour vous détendre ou jouer. Tout aussi important, pas de legging ni de collant d’entraînement. Faire le plein de pantalons de costume et de kakis est une bonne alternative pour les hommes et les femmes.

· Maintenir une bonne hygiène.

Gardez les ongles manucurés. Si vos fonds sont bas et que vous êtes incapable d’obtenir une manucure professionnelle, achetez une bonne lime à ongles. Toujours l’air soigné et propre. Gardez vos cheveux entretenus.

· Gardez les bijoux au minimum.

Quand il s’agit de bijoux, moins, c’est toujours plus. Alors, ne portez pas de bijoux volumineux et distrayants. Pour ceux qui ont plusieurs trous dans l’oreille, n’en portez qu’une paire. En outre, retirez les boucles d’oreilles de votre nez et de vos yeux. Il est suggéré que les jeunes hommes retirent toutes les boucles d’oreilles. Lorsque le stage est terminé, vous pouvez faire ce que vous voulez. N’oubliez pas que vous voulez faire une déclaration, pas vos accessoires.

En résumé, un stage est une affaire sérieuse et vous devez être prêt à saisir l’opportunité. Être bien habillé pour l’occasion dit une bouche pleine. Cependant, en prenant au sérieux les conseils de cet article, vous êtes certain de faire une déclaration forte.